28.09
2012
Auteur
Caroline Dubois
Catégorie Commentaires fermés

Les conditions d’accès au crédit

Les conditions d'accès au crédit

Nous sommes tous, un jour ou l’autre, confrontés à la nécessité de recourir à un crédit à la consommation pour pouvoir acquérir un bien. Qu’il s’agisse d’un crédit à la consommation, d’un prêt personnel ou encore d’un crédit immobilier, on oriente alors ses recherches vers les multiples établissements bancaires et financiers.
Que l’on agisse soi-même, ou que l’on fasse appel aux services d’un courtier en opérations de banque, on doit alors satisfaire à de multiples conditions, afin d’accéder à ce crédit. En outre, au vu de la dégradation économique et financière, qui frappe la plupart des sociétés occidentales depuis 2007, certains dénoncent un durcissement de ces conditions d’accès au crédit, accusant alors les établissements bancaires de ne pas tenir pleinement leur rôle.

Le crédit, un lien de confiance

Quel que soit le montant, mais aussi la nature de l’emprunt réalisé, un tel crédit concrétise le prêt accordé par un établissement financier (le prêteur) à un particulier (l’emprunteur). Avant d’accorder cet emprunt, la banque se donne donc le droit, voire le devoir selon certains, de vérifier que certaines conditions sont bien réunies par l’emprunteur.
Tour à tour, l’établissement financier vérifiera donc les éléments suivants :
•    Les finances de l’emprunteur. Il s’agit, dans un premier temps pour le prêteur, de vérifier que l’emprunteur n’est pas inscrit à l’un des fichiers gérés par la Banque de France. Les deux principaux concernent l’émission de chèques sans provision et les incidents de remboursement des crédits.
•    Les capacités financières de l’emprunteur. Il s’agit alors pour la banque de vérifier que le prêteur sera bien, au vu de ses revenus et de ses charges, en mesure de rembourser les nouvelles charges, afférentes à cet emprunt. A ce stade, il sera alors vérifié que les charges de crédit ne dépassent pas 1/3 des revenus du foyer de l’emprunteur.
•    Les garanties susceptibles d’être apportées par l’emprunteur. Ces garanties doivent permettre d’assurer les fonds prêtés par les établissements financiers, dans la mesure où ces sommes ne leur appartiennent pas. Diverses formes de garanties peuvent alors être imposées, dont les plus courantes restent le cautionnement et l’hypothèque.
Ces différentes vérifications d’éligibilité au crédit seront affinées et différeront d’un crédit à un autre. L’étude reste ainsi bien plus exhaustive lorsqu’il s’agit d’un crédit immobilier.

Le prêt, une prise de risque

Même si le crédit reste un moyen, participant au développement économique, il n’en demeure pas moins un risque pour les banques, qui mettent ainsi à disposition des fonds, dont elles n’ont que la charge.
Parallèlement aux mesures existantes (par exemple, la vérification que les charges de crédit ne dépassent pas le 1/3 des revenus), les banques doivent, depuis 2007, faire face à une crise financière, qui s’est vite transformée en crise économique.
La dégradation du marché de l’emploi, le pessimisme des prévisions de croissance ont conduit certains établissements financiers à revenir à une application stricte des règles édictées. Ce rigorisme, compréhensible du point de vue des établissements bancaires, reste ressenti comme un durcissement des conditions d’accès au crédit de la part des particuliers.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !


Mots-clefs : 

Comments are closed.

Email
Print